Guillaume Mika

Il se forme en autodidacte à la réalisation cinématographique et en montage vidéo durant sa scolarité, tournant 13 courts-métrages en trois ans, dont plusieurs sont primés dans des festivals de courts-métrages locaux. Après son bac il intègre en 2008 l’Ecole supérieure de Théâtre de Cannes et Marseille, l’ERAC, où il a comme intervenants Valérie Dréville, Charlotte Clamens, Nikolaus, Youri Pogrebnitchko, Hubert Colas ou encore Robert Cantarella. Il y réalise encore quelques courts-métrages, ainsi que son premier long, Forme, présenté à Cannes Cinéphiles en 2011.

A sa sortie d’Ecole, il travaille pendant un an à la Comédie-Française en tant qu’académicien dans Amphitryon m.e.s Jacques Vincey, La Trilogie de la Villégiature m.e.s Alain Françon et Le Mariage de Figaro m.e.s Christophe Rauck… Il y crée aussi sa première mise en scène, La Confession de Stavoguine d’après les Démons de Dostoïevski en 2012 qui devient la première création de la Cie des Trous dans la Tête, fondée à Toulon. La seconde est La Ballade du Minotaure en 2014 à Confluences. Sa troisième mise en scène, la Flèche (biographie fantaisiste de Frederick Winslow Taylor), lauréat de la Bourse Beaumarchais en 2017 en aide à l’écriture à la mise en scène, est aussi sa première écriture et le début de son approche arts-science. Elle voit le jour en 2019 au théâtre Joliette.

Depuis 2012 on le retrouve en tant que comédien chez Hubert Colas (Z.E.P), Betty Heurtebise/La Petite Fabrique (le Pays de Rien), Nikolaus (clown dans Chants Périlleux), Renaud-Marie Leblanc (Fratrie), Armel Veilhant (Si bleue, si bleue la mer), Frédéric Grosche (Ta Blessure est ce Monde Ardent), la Cie du Double (Dans la Chaleur du Foyer, Retrouvailles !, projet Newman), les Fugaces compagnie qui officie en espace public, Jérémie Fabre (Enterrer les Chiens), Frédéric Garbe (l’Institut Benjamenta), Sarah Tick (Shahara), Pierre Meunier & Marguerite Bordat (série de films expérimentaux)… Fervent défenseur de l’écriture contemporaine, il participe souvent à des lectures mises en espace, au Bureau des lecteurs de la Comédie-Française avec Benoît Mulheisen (2013), au festival Jamais Lu avec Sophie Cadieux, Catherine Vidal, Martin Fauché (2016), Regards Croisés avec Hélène Gratet (2017), ActOral avec Frédéric Fisbach (2013, 2017),

Son travail de réalisateur/monteur : créations vidéos pour des spectacles m.e.s par Hervé Pierre (Ce Démon qui est en lui), Vincent Franchi (Femme Non-Rééducable, Europe Connexion, Orphelins), Cécile Morelle (Echafaudage), Amine Adjina (Histoire(s) de France), ou encore des courts-métrages de fiction : Et Pourquoi pas ? mettant en scène des malades d’Alzheimer en 2015 après une étape documentaire, crée avec la Cie des Chercheurs d’Air. C’est par où ? réflexion sur l’origine écrit avec une classe de 4e en partenariat avec le Tarmac et la Cie du Double.

Il est également musicien (saxophone, guitare, basse), notamment dans les spectacles dans lesquels il joue, ainsi qu’au sein du groupe Rire dans la Nuit. En 2018 avec son comparse Johan Cabé il crée une lecture musicale, La Métaphysique Articulair.
Il réalise de plus en plus de création sonores, dans le cirque avec Nikolaus pour Presque Parfait (ouverture de Cirqa 2020), au théâtre avec Léa Perret (L’Horizon des évènements) et Karelle Prugnaud pour Mister tambourine man dans le In d’Avignon en 2021.

En 2022 il prépare la sortie de son nouveau spectacle mêlant science, théâtre et marionnette : Prénom Nom, à la Scène Nationale de Gap.